Pérou – Lima

Pérou – Lima

Nous voilà arrivés à Lima.

Nouvelle ville, nouveau pays, nouveau monde. L’arrivée se fait un peu à l’arrache car on a réservé trois nuits dans un hôtel, la veille de notre arrivée, et c’est tout. On a vraiment manqué de temps pour organiser ce pays du coup on se retrouve un peu perdus, avec un espagnol très approximatif pour ne pas dire quasi inexistant.

On se rend vite compte que ça va être compliqué d’organiser la suite et on décide donc d’aller pousser les portes d’une agence de voyage pour nous organiser une partie de notre séjour péruvien, et nous permettre de souffler un peu. Rien que de trouver une agence ce fût galère ! Mais nous avons fini par réussir, et nous voilà donc chez Terra Andina Perù, au hasard, et nous sommes accueillis par Mélissa, une paloise, qui nous planifiera nos quinze prochains jours aux petits oignons ! Alors, comment dire…disons que… On éclate le budget quoi… Quinze jours qui nous coûtent ce que nous avions prévu pour un mois et demi ! Mais on a vraiment besoin d’un peu d’aide dans l’organisation des destinations, et à postériori on peut vous dire qu’on a eu un service trois étoiles, avec chauffeurs pour chaque transfert entre les transports et les hôtels, des hôtels, justement trois étoiles, et des guides juste pour nous, francophones et de qualité. Bref, on sait où est passé notre argent. Notre départ se fera donc six jours plus tard, et ce nouveau souffle nous permettra de continuer nos recherches et de booker les quinze jours qui suivent le circuit péruvien, c’est-à-dire s’occuper de la Bolivie !

Une semaine à lima. Ça nous permet de prendre le temps. On peut commencer les cours d’Arthur, retirer une grosse somme d’argent d’une banque, parce que les distributeurs ne donnent que de petites sommes (rien que ça c’est un épisode à part entière, que Pierre pourrait vous raconter vu le temps qu’il y a passé. Mais ce fut une mission accomplie avec brio, malgré ses cinq mots d’espagnol !), acheter un cadeau pour le futur anniversaire d’Arthur et tout un tas d’autres petites bricoles d’organisation.

 

Mis à part ça, l’hôtel nous saoule vite et on réserve un Airbnb.

Le Pérou nous permet de tester un peu le matériel. Parce que depuis notre départ on s’est servi de la moitié de nos sacs. Mais ici c’est un peu plus roots. Les fringues ne sèchent pas et il nous faut bricoler un fil à linge dans le salon. La douche c’est aléatoire, parfois t’as de l’eau chaude, parfois non. Et pour laver le linge, j’ai dû faire 3 laveries et j’ai mis 4 jours à récupérer nos affaires… Margaux a dû porter des pantalons de son frère !

Sinon on se sent plutôt bien dans ce pays. On avait peur de l’insécurité mais on ne le ressent pas du tout. Au départ on avait beaucoup d’appréhension sur les taxis, car on a lu que c’était craignos, mais on en a pris pleins, au hasard dans la rue, en faisant tout de même attention qu’ils aient bien les macarons taxi écrit au-dessus et sur côté de la voiture et ils ont tous été adorables nous conseillant même pour les meilleurs restaurant de ceviches. On ne s’est déplacé que comme ça car c’est assez bon marché et on n’a jamais mis plus de vingt-sept secondes à en trouver un. Après ce sont des taxis qui craquent, sans ceintures, avec des rétros cassés quand il y en a, mais plus le taxi est pourri moins c’est cher. En tout cas c’est fou le nombre de taxis, c’est fou aussi comme il y a de bouchons dans la vile. C’est hyper bruyant et hyper pollué du coup.

Pour vous situer un peu, notre logement se situe dans le quartier de Miraflores , proche du front de mer, et de ce qu’on en a compris , c’est pas vraiment lima, mais c’est un quartier limitrophe, voire un ville, un peu comme la petite couronne à Paris. On avait lu que c’était un quartier plus tranquille que les autres et cela nous convenait bien. Nous nous sommes baladé sur la plage pour y trouver du sable mais nous ne trouverons que des galets, puis nous passerons du temps à regarder les skateurs et les parapentistes, nombreux à lima. Oui car Lima se situe en bords de mer, mais le front de mer, au niveau de la ville, est environ à cinquantes mètre de hauteur, d’où l’envol des nombreux fans de parapente. Nous rencontrerons également une famille française en tour du monde, car on commence à avoir l’œil, et à bien les repérer maintenant ! Nous discuterons une bonne heure avec eux, et nous ne le savions pas à ce moment mais nos routes se recroiseront plusieurs fois par la suite. La famille Mejean, si vous lisez ces lignes, on vous embrasse.

On se perd dans les rues, on trouve de quoi manger pour vraiment pas cher, typiquement péruvien et comme dans beaucoup de pays : simple et délicieux.

 

 

 

Puis on déambule dans le quartier Barranco. C’est un très beau quartier réputé pour ses maisons de toutes les couleurs, et les magnifiques graffitis que l’on peut trouver aux quatre coins des rues dans lesquelles on peut se promener. Dans certaines c’est un véritable feu d’artifice, « oh la belle bleue, et là une rose. Hey regarde celle-ci est orange et violette » ! On va acheter à boire, et les épiceries sont également un spectacle surprenant avec ces étals achalandés du sol au plafond. Vraiment c’est un super endroit à visiter.

 

Nous irons également au « Parque de la reserva » pour voir « El circuito magicien sel agua» un très joli parc avec de nombreuses fontaines de tailles différentes et éclairée par de nombreuses lumières. Ce qui est rigolo pour les enfants c’est qu’il y a un tunnel d’eau et une fontaine où l’on peut se mettre entre les jets. C’est rigolo mais ça mouille… Nous patienterons pour le spectacle de dix-neuf heures en allant aux jeux gonflables installés dans le parc avant d’assister au spectacle mais nous rentrerons avant la fin car les enfants fatiguaient.

 

Nous terminerons notre séjour à lima par un excellent restaurant de ceviche, l’un des meilleurs de Miraflores. En plus d’être excellent il se trouvait à cent mètres de chez nous dire qu’on a failli passer à côté. On ne peut que le recommander ! Je pense que nous nous rappellerons toute notre vie, Pierre et moi, de cette saveur lors de la première bouchée : fraicheur, finesse, onctuosité. Il manquait peut être un peu de croquang et mordang 😉. Mais blague à part, en plus d’être délicieux c’était copieux !

http://puntoazulrestaurante.com/index.php/punto-azul-local-miraflores-sanmartin/

 

Nos impressions sur Lima:

 

Bon…c’est une grosse ville, ce n’est pas vraiment ce qu’on préfère en général dans nos voyage, mais elle s’est avéré une ville plutôt agréable à vivre. Des commerçant partout et une facilité de déplacement grâce aux nombreux taxis. Après nous sommes loin d’avoir tout visité.

 

En revanche Lima c’est gris et c’est bruyant. Le temps est toujours couvert, et la circulation plus les Klaxons des taxis, faut s’y faire…  On a eu un fou rire avec Pierre en entendant pour la première fois une alarme de voiture péruvienne… y a 15 sonneries différentes. Ça ressemble aux espèces de jouets qu’on avait gamins avec toutes les sortes de sonneries hyper énervantes.

 

Dans les « moins », il y a eu deux trois trucs quand même. Par exemple quand tu attends dans une file d’attente faut t’imposer sinon tu restes sur place une bonne semaine…Même avec des enfants. Et quand t’es assis sur un banc les péruviens aiment bien s’asseoir sur toi même si y a pleins d’autres bancs libres à côté. Bon ok j’exagère mais c’est l’impression que ça me donnait tellement ça me dérangeait. Le temps, comprenez la durée du temps fait aussi parti d’une autre dimension. Si on te dit que c’est prêt dans 20 minutes, comptez une heure, une heure et demi. Si on te dit de venir récupérer ton linge à dix-huit heures, vas-y le lendemain…

 

Mais hormis ça les péruviens sont adorables, ils nous abordent dans la rue et parlent très facilement avec nous et ils font des efforts pour parler doucement et répéter autant de fois que nécessaire quand on ne comprend pas.

 

Nous n’avions pas prévu de rester autant de temps à cet endroit mais au final cette semaine nous aura permis de nous poser un peu et de rattraper un peu de retard sur notre organisation, ce qui nous a fait le plus grand bien.

 

Maintenant, c’est parti pour la montée en altitude, direction la ville blanche : Arequipa !

Une réaction au sujet de « Pérou – Lima »

  1. Très belle ballade à Lima.
    Quand on est plongés brutalement dans un pays comme celui-ci on doit se sentir moins Conquistador que Paniquestator!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.